• Rions Noir mais Bien Rions







    Ca fait un p'tit temps que je ne vous ai plus parlé de mes lectures ...

    Voici le dernier que je viens de terminer ...
    Refermant le (petit) livre avec une once de regret ... 

    Au point de retourner, une fois fini, quelques pages en arrière,
    Histoire de m'en r'mettre une bonne cuillère pour la route ... 
    Faut c'qu'y faut ... 
    Coûte que coûte ...



    Quand c'est bon ... 
    On en r'demande ...






    Récit, roman ou conte ...

    Court (Trop court ...)

    C'est selon les moments et comme on le vit ...

    157 pages rebondissantes et vrombissantes

    Détonnantes ...
    Et étonnantes ...

    Contondantes ... 
    Parfois bien émouvantes ...

    Une malle à malices ...
    Un joyau de l'humour noir ... 
    Noir de chez très noir ...

    (Comme le chocolat ...)
    Au point d'en squetter de rire ... 
    Vous allez voir ...

    Et une fin ... 
    Qui donne l'envie de revenir au début ...

    Très belle plume de



    Jean Teulé

    Paru en 2007 -
    Disponible depuis 2008 en pocket broché





    Un petit livre bourré de jeux de mots à plier au sol ...
    Où le grand art de la controverse est habilement pratiqué ...




    “tout ce qu’il faut ...
    Pour réussir votre mort ? ”



    Vous le trouverez dans le magasin des époux Tuvache ...



    La famille tuvache est dotée de deux enfants bien réussit et parfaitement conformes à la traditionnelle dépresse familale cultivée comme une fleur rare et transmise, comme il se doit, de 'père en fils' ...  
    Bien que la mère ne soit pas en reste ...  Je vous le dis ...
    Seulement voilà qu'apparaît dans le tableau un dernier né ...
    Alan le bien nommé ...

    Qui se mêle lui de faire preuve et oeuvre d'un optimisme endémique désolant ... 
    Ce qui bouleversera l'ambiance et les morbides plans d'un commerce pourtant particulièrement florissant ...



    Plaisir de vous l'offrir ...  J'y ai trouvé un réel plaisir ...

    Il faut dire, pour commencer, que les romans d'humour noir, ben en général c'est plutôt pas pour rire ...
    Tirés par les cheveux ils essayent bien un tant soit peu l'originalité et le bon mot poilant mais c'est souvent raté ... 
    Ou taré ...  Ce qui revient au même que c'en est désolant ... 
    Tandis que là ...


    En feuilletant le p'tit bouquin dans les rayons de la librairie Molière, c'est la "pub Tuvache" :

    "Vous avez raté votre vie ? Avec nous, vous réussirez votre mort !".

    Qui m'a sérieusement emballée ... 
    Et décidée de me l'acheter  ... 

    Macabre a souhait, Insolent comme pas permis, nous dirons presqu'à regret, un tantinet provoquant, même choquant, même impertinent ...  Tout ce qu'il faut pour me plaire ... 

    Et cela m'a plu ... 

    L'optimisme epoustouflant du petit Alan sème une vaste pagaille dans la dépresse familiale ...
    Que pour le coup le stresse s'y installe pour de bon ...
    Un bon Tuvache selon la tradition ...
    Est un Tuvache qui depuis 10 générations a fait de la mort son pas de porte et de son commerce le fond ....




    Jean Teulé -  L'écrivain









    que je ne connaissais ni de Tuvache ni d'Alan ... 




    De sa plume alerte, rebelle, caustique et eraflante ne se prive pas dans la foulée de lancer quelqu'estocade vers le petit commerçant détaillant, ou défaillant (?), et se met à parler du suicide comme d'un fait d'hiver et d'été ... 

    Ce tabou de tous les silences que notre société garde bien en cage et ne prononce qu'en soufflant mots ...
    Cette réalité de la vie, et tant il vrai de celle d'aujourd'hui, dont toujours il est malaisé de converser à bâtons rompus ...
    Cette triste figure existentielle pour laquelle toute forme de plaisanterie est d'emblée déplacée voire même condamnée ... 

    Voici un Jean Teulé (qui nommé Tollé n'aurait pas fait déplacé) qui nous amène au coeur du sujet de son style mordant ...
    Morbide et désopilant, démysthyfiant les silences et les non-dits
    Dont ces volontaires morts choisies sont toujours affublées ...

    Moins on en parle mieux on en meurt ...
    C'est ce que je me suis toujours dit, mais là, au sortir du livre, j'en suis de plus en plus convaincue ...
    Rien de tel qu'une bonne cure de lâchage de verbes hilarants pour remettre à l'endroit ...
    Ce qui va de travers ...
    Et faire revenir à sa place le choix, parfois bouleversant ..
    Dde quitter cette terre pour n'avoir pu y trouver goût au point d'y rester ...

    Il parvient lui, Jean Toulé, à nous remettre la tête à l'endroit ...
    Et retourne d'une chiquenaude déclinée à toutes les sauces
    Ce qui bien souvent est plutôt aggravé par les silences et les malaises ... 

    Par dessus le marché, ou la boutique je dirais, il nous lance un message d'un optimisme génial ...
    La vie, c'est aujourdh'ui !...
    Et peut-être aussi demain !...

    Alors, profitons en bien ...

    Sûr que la fin est un peu particulière ... 
    On n's'y attend pas dirais-je ...
    Elle fait un peu .... 
    Et ils furent heureux et eûrent une floppée d'enfants ..." 
    Mais ne vous y trompez pas ...
    C'est là, de la part de Jean Toulé, une dernière bravade ...
    Comme une pirouette sarcastique, une estocade qu'il adresse aux ceux qui croient ou pensent croire savoir ...
    Sans ni heurter ni se moquer il nous tire là son châpeau (et j'en fais de même à son égard) ...
    Rien qui ne vous fera regretter d'être allé jusqu'au bout ...
    A vous plaire de "Suicider" vos (qui sait) noires pensées ...
    Dans la boutique renommée de la Famille Tuvache et de ses rejetons ...


    A consommmer sans modération ...
    Et a offrir sans façons ...




    Voici le notice de l'éditeur :


    "Entreprise familiale, le Magasin des Suicides prospère dans le malheur jusqu'au jour où surgit un adversaire impitoyable : la joie de vivre.

    Imaginez une petite entreprise où l'on vend depuis dix générations tous les ingrédients pour se suicider.

    Bienvenue dans le Magasin des Suicides, au célèbre slogan :

    « Mort ou remboursé ! »

    Mishima Tuvache, le père, spécialisé dans les morts violentes, dirige la maison d'une main de fer.
    Lucrèce, la mère, adepte de l'empoisonnement, confectionne elle-même des mixtures fatales.
    Vincent, le fils aîné, projette la création d'un parc d'attractions sur le thème du suicide.
    Sa soeur, Marilyn, qui se croit moche et inutile, voudrait en finir avec l'existence, mais ses parents lui rappellent que :

    « Chez les Tuvache, on ne peut pas se suicider parce que sinon qui tiendrait le magasin ? ».

    Dans cette famille malheureuse et contente de l'être, le destin a frappé le jour où Mishima et Lucrèce ont testé un préservatif poreux destiné à ceux qui veulent mourir par contamination sexuelle.

    C'est ainsi qu'est né le petit dernier, Alan, que la nature a doté d'un horrible défaut : il adore la vie.

    Un enfant pareil, c'est un coup du sort.
    Il console les clients, sème une joyeuse pagaille avec son sens de l'humour et ses chansons.

    Mishima en fait une dépression et doit s'aliter quelques jours, le temps pour Alan de métamorphoser la boutique avec l'aide de sa mère, sa soeur et son frère, atteints par son optimisme.

    Dorénavant, le M.D.S. (Magasin des Suicides) devient une sorte de M.J.C. locale où les clients se retrouvent pour faire la fête et chercher des solutions à l'avenir du monde.  Tout cela se terminera peut-être dans une sorte d'apothéose, car, finalement, le pire n'est jamais sûr!"







    J'espère vous avoir fait plaisir de le découvrir ...
    Si toutefois déjà vous ne le connaissiez pas ...





    Merci de la visite !

    Mandragaure




    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :